Kaldaeria, le carnet de Phanat

Kaldaeria, le carnet de Phanat

Page vérifiée Created at May 23, 2017 #Noob #Néogicia #Olydri #Phanat Contact

Kaldaeria - Chapitre 1 - Départ vers l'Ouest - 6ème partie

- 0

  • Aussitôt entrés, les deux frères furent surpris par les fortes voix de deux personnes qui débattaient vivement au milieu de la tente. L'insonorisation du seigneur Estiel était vraiment efficace, aucun son ne sortait de la tente. Le grand chambellan Garimaldi était un homme d'une quarantaine d'année bien apprêté. La haute intendante Belluxi était une belle femme d'une vingtaine d'année aux habits luxueux qui épousaient subtilement ses formes généreuses. Les deux nobles n'avaient pas remarqué l'entrée des deux frères et du garde et continuaient leurs échanges. Un peu plus loin était assis sur un fauteuil cossu le Déva qui avait l'air pensif. Le garde annonça les deux frères. 


    - Excusez moi de vous interrompre messires. Revoici l'aspirant Kravann accompagné de son frère.


    Le garde retourna à son poste. Les deux conseillers se turent. Ils se placèrent aux côté d'Estiel et observèrent les deux frères. Quant au Déva, il esquissa un léger sourire.


    - Aspirant Kravann. Vous avez fait vite. Est-ce lui votre génie ? demanda Estiel en désignant Shenlaw.

    - Euh… oui mon seigneur, dit Kravann en présentant son frère.

    - Je suis Shenlaw, fils de Junfan et d'Ellia, de la famille des Lonewei, mon seigneur.

    - Quel âge à tu ? demanda Estiel.

    - Dix ans.

    - C'est une plaisanterie aspirant ? dit le grand chambellan. Votre génie est ce gamin ?

    - Insinuez-vous que nos débats sont des chamailleries d'enfants ? dit la haute intendante.

    - Bien sûr que non messires. Je n'oserai jamais vous manquer de respect. Je ne mettrais pas mon sort entre les mains de mon frère si je n'étais pas sûr de moi, dit Kravann.

    - Intéressant, dit la haute intendante.

    - Ton frère m'a affirmé que tu avais une solution miracle pour remédier aux problèmes qui se déroulent sur la plaine, dit Estiel. Est-ce exact mon petit ?

    - Je ne sais pas ce qu'il vous a dit exactement, mais je peux vous affirmer que je ne suis pas un faiseur de miracle. Par contre, j'ai des idées, dit Shenlaw.

    - Pff ! Comme tout le monde, dit le grand chambellan. C'est une perte de temps !

    - Si vous aviez déjà une solution satisfaisante sire, vous seriez dehors en train de tout coordonner. Or c'est pas le cas, dit Shenlaw.

    - Touché, dit la haute intendante.

    - Écoutez, je ne veux pas vous faire perdre votre temps, mais vu le temps que vous avez passé à débattre, il vous manque clairement du recul. Je peux vous apporter un regard neuf, dit Shenlaw.

    - C'est ridicule. Un enfant de dix ans qui vient nous conseiller, c'est du jamais vu, dit le grand chambellan.

    - Pourtant, cela ne nous ferait pas de mal d'avoir de nouvelles idées, dit la haute intendante.

    - Écoutons ce qu'il a à dire. Nous aviserons ensuite, dit Estiel.


    Les yeux étaient braqués sur Shenlaw. Le garçon commença à être un peu intimidé par la pression.


    - Euh… par où commencer…  Tout d'abord, j'aimerai entendre vos idées. Ça me permettrait de voir où ça coince. Qui veut parler en premier ? demanda Shenlaw.

    - Permettez moi de commencer, dit le grand chambellan. Ma proposition est simple. Nous créons une zone tampon entre la plaine et la porte. De là, nous mettrons en place des convois plus facilement. Nous délimiterons la plaine avec barrage et un seul accès à la zone tampon. Nous laisserons passer un certain nombre de caravanes qui formeront un convoi. Puis nous assignerons une équipe de soldats qui les escorteront. Ils partiront quand ils seront prêts et nous recommençons le processus.

    - Le problème est que cela reste très désordonné dans la plaine, dit la haute intendante. Je pense qu'il faut installer une file d'attente en serpentin qui parcourt toute la plaine et qui se termine directement devant la porte. Les caravanes la passeront en continu.

    - Sauf que pour faire les barrières, il faut du temps pour les faire. Et on n'en a pas le temps, dit le grand chambellan.

    - Et bien on le prendra le temps. Une bonne préparation en amont permet une meilleure fluidité du traffic sur le long terme.

    - Je pense qu'on a fait le tour de vos propositions, dit Shenlaw. J'ai besoin d'un petit moment pour réfléchir.


    Shenlaw se concentra. Un petit silence un peu gênant s'installa. Kravann ne savait pas où se mettre. Le grand chambellan fulminait en silence. La haute intendante observait avec attention Shenlaw. Estiel semblait amusé par la situation. Puis Shenlaw reprit.


    - Tout d'abord, vos idées se valent. Une proposition n'est pas meilleure que l'autre. Elles ont leurs qualités et leurs défauts. Cependant, vous avez tous les deux oublié de prendre en compte trois données essentielles : les personnes de l'expédition, les bêtes et le matériel. Je vais commencer par faire la critique de votre proposition grand chambellan.

    - Très bien, j'écoute, dit le grand chambellan.

    - La zone tampon est très bien pour réguler les convois. Je n'ai rien à redire. Le gros problème est votre barrage et votre point d'accès unique à la zone tampon. Ça crée un entonnoir au point d'accès et c'est, excusez moi du terme, la merde pour circuler. Les gens se doublent, les bêtes sont stressées, les roues se cassent à cause de la terre qui est labourée avec tous les passages et j'en passe. D'ailleurs, c'est ce qui se passe actuellement dehors. Même en régulant le point d'accès avec plus de monde, ça restera un bordel. Il faut gérer l'afflux dans la plaine pour qu'il y ait le moins de stress possible.

    - Je vous l'avais bien dit mon cher Garibaldi, dit la haute intendante.

    - En ce qui concerne votre proposition haute intendante, j'ai eu la même idée que vous.

    - Les grands esprits se rencontrent, mais j'imagine qu'il y a un mais, dit-elle.

    - En effet. Il y a deux points qui sont problématiques. Le premier problème est lié aux virages de la file d'attente en serpentin. C'est pas si évident de faire tourner les caravanes. Les bêtes doivent faire des efforts pour faire tourner leur attelage qui sont très chargés. Les essieux et les roues sont beaucoup mis à contribution et les terres sont labourées dans les virages, ce qui augmente le risque de casse. Le second point n'est pas vraiment un problème. L'accès direct à la porte pour un traffic en continu est une proposition valable. Je n'ai pas grand chose à redire. Mais je préfère la proposition de la zone tampon du grand chambellan. Ça permet de vérifier l'état des caravanes et de leurs chargements et d'assigner les escortes tranquillement. Voilà ce que j'avais à dire sur vos propositions.

    - Je vois mieux les défauts de mon idée, je suis impressionnée, dit la haute intendante.

    - Certes, il y a de la pertinence dans tes propos, dit le grand chambellan un peu agacé.


    Kravann était fier de son petit frère qui ne lui avait pas fait honte. Estiel était de plus en plus intrigué par le garçon.


    - Très bien ! Que proposes-tu Shenlaw ? demanda Estiel.

    - Avant de commencer, est-ce que vous avez un fusain et du papier mon seigneur ? J'en aurai besoin pour illustrer mes propos.

    - Bien sûr.


    Estiel toucha une de ses bagues aux doigts et matérialisa une feuille de papier et un fusain. Shenlaw avait les yeux écarquillés.


    - C'est la première fois que tu vois une bague de transport ? demanda Estiel.

    - Euh… oui mon seigneur, dit Shenlaw. C'est impressionnant.

    - Ce n'est qu'un tout petit aperçu de ce qu'on peut faire avec le Ki. Voilà ce que tu as demandé.

    - Merci mon seigneur.


    Estiel passa à Shenlaw le fusain et la feuille de papier. Puis le garçon se mit sur une table. Estiel et ses conseillers le rejoignirent et Shenlaw commença son exposé avec des croquis à l'appui.


    - La grande zone à gauche est la plaine, la petite zone au centre est la zone tampon, à droite le camp militaire et en bas la muraille et la porte ouest. On met en place une ligne de démarcation entre la plaine et la zone tampon, un peu comme l'avait proposé le grand chambellan. Mais à la place d'un petit point d'accès unique, toute la ligne de démarcation est comme une grande ligne de départ. Les caravanes iraient de la plaine à la zone tampon en ligne droite.

    - Mais ça va être un enfer à gérer ! dit le grand chambellan.

    - Il suffit de découper la ligne de démarcation en plusieurs points de contrôle qui pourraient canaliser cinq à dix rangées de caravanes en même temps, c'est vous qui voyez. On laisse passer les caravanes par ligne dans la zone tampon. Puis on les guide vers une zone de préparation à quelques mètre en face. Enfin, une fois le convoi prêt, ils peuvent passer la porte et partir vers l'ancienne ville.

    - Si j'ai bien compris, il y aurait autant de points de contrôle que de zones de préparation, dit la haute intendante.

    - C'est l'idée.

    - Ça va être un enfer à gérer, mais si nous nous coordonnons bien, tout ira vite.

    - Tout dépendra bien des ressources à disposition pour gérer tout ça. Il faudra un agent à chaque point de contrôle pour faire passer les caravanes dans la zone de préparation, un autre pour les préparer, les faire partir et appeler les caravanes suivante, et des personnes pour faire circuler les convois dans la zone tampon.


    Estiel et ses conseillers se mirent à réfléchir. Kravann était bluffé par la performance de Shenlaw mais il se gardait de le montrer pour faire bonne figure. Quant au garçon, il n'attendait rien de spécial après son exposé mais il était quand même un peu nerveux.


    - La circulation des caravanes a l'air si simple ainsi, dit le grand chambellan. Comment n'y ai-je pas y penser ?

    - La simplicité n'est pas évidente à trouver grand chambellan, dit Shenlaw. Il faut du temps et beaucoup de réflexion pour y arriver. Vous n'aviez qu'une heure pour réfléchir à une solution. 

    - Pourtant, il ne t'a fallu que quelques minutes pour nous proposer ta solution très élégante. Je suis impressionnée, dit la haute intendante.

    - J'ai eu le temps de réfléchir sur des problèmes semblables en allant simplement au marché. 

    - Au marché ?

    - Bin pour faire court, c'est le bordel. Ce qui ce passe dans la plaine, c'est juste du pipi de chat en comparaison. Vous n'êtes jamais allé au marché haute intendante ?

    - Non, mes serviteurs se chargent de faire les commissions.

    - Comment aller au marché a pu te donner de telles idées ? demanda le grand chambellan.

    - C'est juste mon cerveau qui marche tout le temps, dit Shenlaw.

    - Le cerveau ? De quoi tu parles ?

    - Je voulais dire mon cœur. Je suis juste un peu fatigué. La journée a été longue.

    - Trêve de digression, dit Estiel. Nous sommes tous d'accord que la proposition de Shenlaw est la plus pertinente. Mettez en place ce qu'il a dit, dit Estiel.

    - Oui mon seigneur, dirent les hauts fonctionnaires en même temps.

    - Euh excusez moi, dit Shenlaw. Je viens de penser à une chose. Vous savez dans quel moment de la journée nous sommes ?

    - Dans l'après-midi, dit Estiel.

    - En fait, nous allons sur le couchant. Il faut combien de temps à une caravane pour atteindre l'ancienne ville ?

    - Une demi-journée. Je vois où tu veux en venir.

    - Je ne pense pas que ça soit sage de faire partir des convois maintenant. La journée a été longue. Les hommes et les bêtes vont ne plus être en forme quand la nuit tombera. Il y aura des risques d'accidents.

    - En effet, mais je maintiens le départ comme prévu. Cependant, je vais donner l'ordre de faire partir les convois jusqu'à ce que le ciel soit rouge. Ils arriveront à la ville avant minuit. Le reste partira demain peu avant l'aube.

    - Et les Beysaks ?

    - Il n'y aura pas de problème de ce côté-là. Nous avons déjà sécurisé le chemin et l'ancienne ville.

    - Je ne le savais pas.

    - L'information n'a pas été divulguée par mesure de sécurité. Si les gens savaient que certains endroits à l'extérieur de la grande muraille était sécurisé, il y aurait certains qui s'amuseraient à sortir. Or, on ne pourrait pas les protéger s'ils rencontraient des créatures hostiles. 

    - Logique.

    - Bien, nous avons fait le tour de la question. Grand chambellan, haute intendante, allez-y. Aspirant Kravann, rompez. Shenlaw, j'aimerai m'entretenir avec toi encore quelque minutes, si tu as le temps.


    Les conseillers, Kravann et Shenlaw furent surpris par la demande d'Estiel. 


    - Euh, bien sûr mon seigneur, dit Shenlaw.

    - Bien, dit Estiel. Qu'attendez vous vous autres ? Vous avez du travail. Vous pouvez disposer.

    - Oui mon seigneur, dirent les autres.


    Les conseillers et Kravann sortirent de la tente un peu inquiets. Le grand chambellan n'était pas fier de s'être fait doubler par un garçon de dix ans. La haute intendante voulait faire de Shenlaw son protégé après sa prestation et craignait que le Déva ait la même idée. Kravann avait peur que son petit frère raconte à Estiel des choses embarrassantes sur lui. Après un petit temps de réflexion, les conseillers partirent organiser les troupes et les infrastructures. Quant à Kravann, il resta près de la tente pour attendre son frère et discuta avec les gardes pour passer le temps. Pendant ce temps dans la tente, Shenlaw attendait de voir ce qu'Estiel lui voulait avec une certaine appréhension.

  • KALDAERIA - CHAPITRES