Kaldaeria, le carnet de Phanat

Kaldaeria, le carnet de Phanat

Page vérifiée Created at May 23, 2017 #Noob #Néogicia #Olydri #Phanat Contact

Kaldaeria - Chapitre 1 - Départ vers l'Ouest - 8ème partie

- 0

  • Un bon moment était passé. Le ciel commençait à rougir. On allumait des torches et des feux de camp un peu partout sur la la plaine. L'ordre y était revenu grâce au grand chambellan et à la haute intendante qui avaient bien suivi les instructions de Shenlaw. Quant au garçon, il était toujours dans la tente d'Estiel. Kravann commençait à se faire un sang d'encre. Tout à coup, Méléa atterrit près de lui et l'empoigna violemment.


    - Mais qu'est-qui t'a pris ? Ça va pas la tête ? dit Méléa en contenant sa fureur.

    - Je sais, je sais, dit Kravann. Je… je…p… plus…. respi... rer…


    Méléa relâcha son frère qui était devenu un peu bleu et se refrénait de le frapper.


    - J'ai vu nos parents à l'instant et ils m'ont dit pour Shenlaw. T'es malade ! reprit Méléa.

    - Ça va, ça va. Calme toi.

    - Me calmer ? Mais je suis très calme là. Où est Shenlaw ?

    - Il est toujours en discussion avec le seigneur Estiel.

    - Avec le seigneur Estiel… Je le crois toujours pas. J'espère pour toi qu'il n'aura rien.

    - Moi aussi. Mais je crois que tout ira bien. Il m'a encore plus surpris que d'habitude.

    - Comment ça ?

    - Tu vois le calme et l'ordre qu'il y a sur la plaine ?

    - Euh oui…

    - C'est grâce à Shenlaw !

    - Quoi ?

    - Il a élaboré un plan et il a réussi à convaincre le seigneur Estiel, le grand chambellan et la haute intendante de l'appliquer. C'est fou !

    - Sérieux ? Tu me mens pas j'espère ?

    - J'étais là quand ça s'est produit. Je l'ai vu de mes propres yeux. Je n'en reviens toujours pas.

    - Et bin… Pourquoi il est toujours avec notre seigneur ?

    - Il voulait discuter Shenlaw en tête à tête privé. J'attends depuis tout à l'heure.

    - Ah bin les voilà.


    Shenlaw et Estiel sortirent de la tente. Ils avaient l'air serein.


    - J'espère que tu réussiras, dit Estiel.

    - Je ferai de mon mieux mon seigneur. Je vous remercie de la confiance que vous me portez.

    - On se verra. Au revoir Shenlaw.

    - Au revoir mon seigneur. Et bonne chance pour votre expédition.

    - Merci.


    Estiel s'envola vers ses conseillers. Shenlaw le regarda les yeux emplis d'une certaine admiration. Méléa se précipita vers lui.


    - Shenlaw ! Est-ce que ça va ? demanda Méléa.

    - Grande sœur !? Euh oui, ça va, dit Shenlaw.

    - Alors ? Qu'est ce que vous vous êtes raconté ? demanda Kravann.

    - Je ne peux rien dire, c'est confidentiel.

    - Allez, fais plaisir à ton grand frère.

    - Tout ce que je peux dire, c'est que si je n'avais pas été à la hauteur, tu aurais été rétrogradé et assigné au nettoyage des latrines de la ville pendant un an.

    - Quoi ?

    - Tu l'aurais bien mérité, dit Méléa.

    - Ça va, dit Kravann.


    Méléa remarqua que Shenlaw tenait quelque chose dans sa main.


    - Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-elle.

    - C'est un livre. Le seigneur Estiel me l'a donné comme récompense pour ce que j'ai fait.

    - Je peux voir ?

    - Bien sûr.


    Shenlaw passa son livre à sa sœur. Méléa vit que le livre avait un système de verrouillage plutôt complexe. Elle commençait à faire une drôle de tête en essayant d'ouvrir le livre.


    - Raaaah ! Je n'arrive pas à l'ouvrir, dit Méléa.

    - C'est normal. C'est… un livre d'énigmes. À l'intérieur, il y a des jeux où il faut beaucoup réfléchir, dit Shenlaw.

    - C'est vraiment un livre pour toi.


    Soudain, Estiel s'adressa de nouveau à toute la plaine en parlant très fort depuis le ciel.


    - Ici votre seigneur. Je vous informe que nous arrêtons le départ de la première vague de convois. Comme vous l'avez été informé, ceux qui sont encore ici passeront la nuit sur la plaine. Le départ de la seconde vague reprendra avant l'aube alors reposez-vous bien. Quant au personnel militaire, vous avez quartier libre cette nuit. Mais vous devez être prêt avant les civils. Ça sera une longue journée. Terminez vos tâches, informez vos officiers et vous pourrez profiter de la soirée. Ça sera tout.


    Estiel repartit vers d'autres affaires.


    - Et bien je crois que c'est bon pour nous, dit Kravann.

    - Allons informer nos supérieurs et on pourra rejoindre tout le monde, dit Méléa.


    Quelques minutes plus tard, Méléa, Kravann et Shenlaw retrouvèrent leur famille et l'équipe de Kali. Kravann raconta les exploits de Shenlaw. Tout le monde était abasourdi et voulait savoir de quoi le petit garçon et le Déva avaient discuté, mais Shenlaw resta silencieux. Puis ils passèrent la soirée autour d'un barbecue. Toute la famille de Shenlaw rentra chez eux après avoir salué leurs amis. Léna était déjà endormie et son père la portait sur son dos. Méléa et Kravann voulaient passer leur dernière nuit chez eux. 


    - Quelle journée, dit Kravann.

    - Tu me le fais pas dire, dit Ellia. Tu as failli mettre la honte sur notre famille.

    - C'est bon, j'ai compris. Mais si c'était à refaire, je le referai. Je fais entièrement confiance à mon génial petit frère.

    - C'était surtout un coup de chance Kravann, dit Shenlaw. Savoir réfléchir ne veux pas dire tout savoir. Je t'ai sauvé la mise cette fois-ci, mais si c'était un truc que je ne connaissais pas, tu aurais pu être commis aux latrines pendant six mois.

    - Euh… Tu avais pas dit un an ?

    - Je sais plus, mais là n'est pas la question. Comme on est entre nous maintenant, je peux dire de quoi j'ai parlé avec le seigneur Estiel.

    - Sérieux ! Raconte !

    - Oui, dis nous tout ! dit sa mère.

    - Et bien le seigneur Estiel a été tellement impressionné par ma performance qu'il pourrait me parrainer à la Grande École.

    - C'est une excellente nouvelle ! s'exclama sa mère.

    - Woaw ! Vous voyez mère que j'ai bien fait d'amener Shenlaw, dit Kravann

    - Je suis bluffée, dit Méléa.

    - Toutes mes félicitations mon fils, dit Junfan.

    - Pas si vite, dit Shenlaw. Il y a deux conditions pour qu'il me prenne sous son aile. Tout d'abord, il m'a demandé d'être le meilleur dans les matières intellectuelles à la Grande École.

    - Ça va, c'est une formalité pour toi, dit Ellia.

    - La seconde n'est pas obligatoire. Il veut que je participe aux épreuves des épées sacrées.

    - Quoi ?


    Les épreuves des épées sacrées étaient le grand évènement biannuel d'Arcae. La première session allait se dérouler dans un mois et précédait la rentrée scolaire de la Grande École d'une semaine. La seconde avait lieu au milieu de l'année scolaire. Tout le monde pouvait y participer à condition d'être prêt à servir Arcae et le seigneur Estiel. Réussir les épreuves ouvrait des opportunités aux candidats et leur statut social pouvait drastiquement changer. Un simple paysan pouvait devenir un noble s'il avait du talent. Pour les étudiants de la Grande École, c'était un moyen d'accéder à une éducation personnalisée pour améliorer leur potentiel. Être un lauréat était aussi la voie pour devenir un champion de l'Humanité. Ce n'était pas pour tout le monde.


     - Tu lui as dit que tu ne savais pas utiliser le ki ? demanda Ellia.

    - Je le lui ai dit. C'est pour ça qu'il prend seulement en compte que les résultats des matières intellectuelles. Et c'est pas un problème pour réussir les épreuves d'après lui, dit Shenlaw.

    - Quoi ? Il y a un moyen de réussir sans ki ? demanda Méléa.

    - Il m'a dit qu'elles demandaient plus de jugeote qu'on ne le pense mais il n'a rien dit de plus.

    - Quand j'ai essayé de les passer, je ne vois pas comment on peut les réussir sans ki, dit Méléa.

    - Je ne vois pas non plus, dit Kravann.

    - Est-ce que vous avez fait le dernier étage ? demanda Shenlaw.

    - Non, il faut atteindre le rang de maître pour le faire, dit Méléa.

    - Il faut aussi un laisser-passer délivré par le seigneur Estiel pour y accéder, dit Kravann.

    - Peut-être qu'il n'y a pas besoin de ki pour faire le dernier étage alors, dit Shenlaw.

    - Attends, pourquoi est-ce que tu en parles ? demanda Méléa.

    - Et bien, le seigneur Estiel veut que je fasse directement les épreuves de cet étage.

    - Quoi ??? Mais il est fou ! dit sa mère.

    - Il t'a donné un laisser-passer au moins ? demanda Méléa.

    - Oui, dit Shenlaw en montrant un médaillon en or.

    - Sans déconner, dit Kravann.

    - Woaw ! Ça se revendrait combien ? demanda Ellia.

    - Mère, ça ne se revend pas. Le médaillon est lié à son propriétaire par un sort. C'est pour éviter les fraudes, dit Méléa.

    - Dommage. Le seigneur t'a dit ce que tu devais faire ?

    - Et bien, je dois réussir à passer trois salles d'épreuves au minimum et au mieux obtenir la dernière épée d'or, dit Shenlaw.

    - QUOI ???? OBTENIR L'ÉPÉE D'OR ??? LE FOU !!!! QU'EST-CE QUI LUI A PRIS PAR LA TÊTE ??? ENVOYER MON PETIT ACCOMPLIR L'IMPOSSIBLE !!! 

    - Du calme ma chérie, tu vas réveiller Léna, dit Junfan. Shenlaw n'est pas obligé d'avoir l'épée.

    - RIEN À BATTRE ! Je refuse que mon garçon aille se faire humilier s'il échoue pour amuser un vieux schnock. Je vais aller lui en toucher un mot à ce Déva de mes deux.

    - Mère, je vous en prie, calmez vous, je n'ai pas encore décidé de passer les épreuves, dit Shenlaw. 

    - Quelque chose me dit que tu aimerais bien essayer.

    - Si je réussis les trois épreuves, je pourrais avoir accès à la grande bibliothèque de la Grande École.

    - Dès qu'il y a des livres, tu perds la tête, ce qui est plutôt ironique. Et si tu n'arrivais pas à passer une seule salle ?

    - Il y aura toujours l'option d'être le meilleur à la Grande École.

    - Tu sais que tu causes beaucoup de soucis à ta pauvre mère.

    - Je suis désolé.


    Ellia prit Shenlaw dans ses bras et le câlina.


    - Quoique tu décides, j'espère que tu feras de ton mieux, dit-elle. Et si ça ne marche pas, tant pis, tu auras essayé.

    - Merci mère, dit Shenlaw un peu embarrassé.


    Le retour à la maison fut très houleux pour Kravann. Sa mère et sa sœur lui rappelaient toutes les bêtises qu'il avait faites pour le punir d'avoir mis Shenlaw dans une position délicate. Quant à ce dernier, il n'avait pas l'air de s'en faire et alla directement dans sa chambre pour se coucher. Sur son lit de paille, Shenlaw repensait à sa conversation avec Estiel et regardait le mystérieux livre que le Déva lui avait offert. Il se demanda dans quelle galère il s'était mis. Il avait un mois pour se préparer aux épreuves des épées sacrées.


    Méléa et Kravann partirent très tôt avant l'aube sous les regards fiers mais inquiets de toute leur famille. Léna ne pouvait contenir ses larmes et son père essayait de la réconforter. Même si la prise de l'ancienne ville était juste une formalité, Shenlaw ne pouvait s'empêcher d'avoir un pincement au cœur. Lui et sa sœur les suivraient dans quelques années.

  • < Chapitre précédent | Chapitre suivant >

  • Kaldaeria - Chapitres